Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PEREGRINATIONS

PEREGRINATIONS

Menu
Préparation aux 24 h du Mans Vélo Solo - 1

Préparation aux 24 h du Mans Vélo Solo - 1

PARTIE 1     

TRAVAILLER EN CÔTE

 

Autres aspects de la prépa aux 24h Vélo du Mans

Partie 1 Partie 2   Partie 3 Partie 4  Partie 5

 

Aussitôt la décision prise assez tôt dans la saison de m'essayer à la version Solo des 24 h du Mans 2012, je me suis inscrite.  L'objectif majeur de mon année vélo est donc ce weekend des 25 et 26 août.

Une fois mon inscription faite, mon premier souci fut de trouver un assistant zélé et compétent autre qu' André, puisqu'il avait fortement envie de disputer les 24 h du Mans au sein d'une équipe EcoCyclo avec Thierry, Didier et Laulesp.  Un nom s'est  imposé : celui de Guy.  Et ce dernier a immédiatement accepté ! Génial, car avec Guy, c'est comme si je souscrivais à la meilleure des assurances tous risques. Je reviendrai plus tard sur l'aspect de l'assistance, car il est fondamental.

Ma préparation à cet effort particulier a  débuté bien avant la mi-juin, mais depuis deux semaines j'ai abordé la partie spécifique de cette préparation qui comporte plusieurs aspects, que je tenterai progressivement de retracer sur Pérégrinations, au cours des quelques semaines qui viennent. 

A mes yeux, l'une des difficultés majeures des 24 h du Mans Vélo est l'impitoyable récurrence de la montée Dunlop, à chaque tour du circuit Bugatti (longueur : 4185 mètres) !

Chaque montée équivaut à un dénivelé positif d'environ 25 mètres.  Longue de 600 mètres, elle présente des pourcentages allant de 3.5 % à 7% avant d'atteindre la passerelle Dunlop, qui annonce l'amorce de la descente.  Il est donc certain que cette montée prendra à mes yeux les allures d'un épouvantail lors des dernières heures sur le circuit  ! J'ai en effet gardé un souvenir très précis des efforts parfois paroxystiques qu'il m' a fallu fournir pour me retrouver sous la passerelle Dunlop sans perdre les gars de mon groupe, lors de nos participations Duo (2009, 2011)  !

 

Le jourThierry à l'assaut de la partie la plus pentue de la montée Dunlop, en 2009

 

Fort heureusement, cette montée vers la passerelle Dunlop est aussi le plus bel endroit du circuit, là où sensations et émotions sont les plus fortes. Située à la sortie des stands, le public et les encouragements y sont nombreux. Sur la piste, la bagarre y est intense.  Et la vue des pelotons colorés qui  s'amenuisent, s'effilochent dans les deux courbes, parfois à contrejour,  et qui finissent par se découper comme en équilibre au bord de l'abîme sous la passerelle, est une merveille esthétique qui m'a fait frissonner plus d'une fois.

Nous avons donc convenu avec Nicole qu'il lui faudrait intégrer une préparation spécifique à cette difficulté particulière dans mes plans d'entraînement.

C'est chose faite depuis 2 semaines déjà, et j'ai réalisé hier ma troisième séance de travail en côte ou 'hill repeats'.  Le protocole en est simple, rien que de très ordinaire pour les cyclistes qui sacrifient à ce genre d'exercices.  J'avoue avoir eu peur de l'effort à fournir avant la première séance, mais les temps d'effort et récup, ainsi que le nombre de répétitions de ces fractionnés sont si bien calibrés par Nicole que j'ai pris énormément de plaisir, malgré l'effort à fournir, aux 3 séances déjà effectuées. Déjà je sens que j'ai un peu progressé en côte, ma motivation s'en trouve donc accrue.

Ces 'progrès' viennent du fait que Nicole me conduise progressivement, sans oublier le travail de la force bien sûr,  à davantage tourner les jambes en côte (> 75 tpm),  tout en restant dans des zones de fréquence cardiaque / puissance qui sont sous-maximales (155/160 bpm). Principes  que je n'avais jusqu'ici jamais vraiment appliqués, retombant toujours dans mes travers consistant à mettre trop de braquet dans les côtes et à taper beaucoup trop haut au niveau cardiaque. Mais Nicole a le don de m'amener petit à petit à changer ma vision de faire du vélo, et donc ma pratique, de débloquer  mes obstinations et tensions, physiques ou mentales,  en douceur  et sans que je m'en aperçoive vraiment. Preuve qu'elle est une 'coach' de très haut niveau, car notre éloignement géographique n'empêche rien ! Et je me félicite d'avoir eu la chance de tomber un jour sur son blog perso , son approche du sport et de la vie ainsi que son écriture m'ayant séduite d'entrée, et ensuite d'avoir remonté le fil d'Arianne déroulé par Banana Death jusqu'à la plateforme américaine d'entraînement sportif Training Peaks, puis le site professionnel de Nicole : NeoEndurance.

 

Comparatif visuel entre séances de travail en côte 1 et 3, effectuées au même endroit, dans la côte de Bègues, au départ de la rue de la Fraternité à Gannat :

 

Hill repeats 20 juinLe graphique et résumé de ma première séance de travail en côte - 4 x 8 mn avec 6 mn de récup

 

TPeaks - Hill Repeats - 4 juinLe graphique et résumé de ma séance d'hier 4 juillet - 5 x 10 mn avec 6 min de récup entre chaque répétition

 

Le détail de mes séances d' entraînement en côte sur Training Peaks:

- séance 1

- séance 2

- séance 3

 

 

[Texte : Pat - Photo : avec la permission de Lazlo]