Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
PEREGRINATIONS

PEREGRINATIONS

Menu
Duo féminin pour un 24h00 Gravel de rêve

Duo féminin pour un 24h00 Gravel de rêve

Pour 24h00 d'aventure et de fun, la recette est simple : réunir vélos gravel et cyclistes
Pour 24h00 d'aventure et de fun, la recette est simple : réunir vélos gravel et cyclistesPour 24h00 d'aventure et de fun, la recette est simple : réunir vélos gravel et cyclistesPour 24h00 d'aventure et de fun, la recette est simple : réunir vélos gravel et cyclistes
Pour 24h00 d'aventure et de fun, la recette est simple : réunir vélos gravel et cyclistesPour 24h00 d'aventure et de fun, la recette est simple : réunir vélos gravel et cyclistesPour 24h00 d'aventure et de fun, la recette est simple : réunir vélos gravel et cyclistes

Pour 24h00 d'aventure et de fun, la recette est simple : réunir vélos gravel et cyclistes

Ce qu'il était prévu que nous réalisions : 

Ce que nous avons réalisé : 

A voir sur Komoot, la carte et le profil de notre parcours dans sa totalité, ainsi que les photos de Claire. Vous trouverez également la trace GPX de notre périple expurgée des erreurs de parcours, et donc télé-chargeable telle quelle.  

En kilométrage, dénivelée positive et heures de pédalage : 267 km, 1567 m+, 15 heures.

Notre objectif était de réaliser ce 24h en toute tranquillité, en mode cyclotouriste, sans nous imposer des délais horaires serrés. Nous avions effectué une Flèche Vélocio en duo féminin  lors du rassemblement pascal de notre Team Cyclosportissimo en 2017. Flèche Vélocio non homologuée, malgré le respect de la feuille de route et des contrôles, pour la raison que nous n'avions été que deux à prendre le départ et non pas trois, Isabelle ayant dû déclarer forfait la veille. Comme nous n'avions guère envie de ré-itérer cette expérience, et de nous conformer à des usages de plus en plus vieillissants, nous avions décidé à l'automne 2017 de nous lancer sur un projet inédit, et de notre crû : un 24h entre copines, sur les sentiers et petites routes ou chemins vicinaux. Option gravel, donc ! Claire a immédiatement souscrit au projet d'itinéraire, malgré son manque d'expérience en gravel - elle est au top, toujours prête à aller titiller les limites, notre Claire. Cet été, en compagnie de son Sergio, elle a parcouru les 7 Majeurs, un truc à faire halluciner grave et concocté par Patrick Gilles, un amoureux de défis cyclistes comme il y en a peu, et incidemment notre 'prez' admiré. Mais j'en reviens à Claire, une guerrière, une vraie, simple et modeste, qui saisit la balle au bond sans rechigner bien au contraire, toujours au rendez-vous, ça vous pouvez compter sur elle même si vents et marées se déchainent, et qui vous dit l'air de rien qu'elle n'a pas confiance en elle -  incroyable et fabuleuse. 

Au programme : un départ de Chateaurenard et une arrivée à Barbentane, lieu de rassemblement de Pâques en Provence. Pour relier ces deux points, j'ai tracé un itinéraire susceptible de nous occuper une quinzaine d'heures, et largement inspiré d'un tracé gravel crée par Dan de Rosilles, traceur imaginatif et ultra-créatif, et grand animateur d'Arles Gravel. Nous avions reconnu la section des Alpilles lors de notre nocturne avec l'équipe de Arles Gravel, sous la direction de Dan, fin décembre 2017. Pour ma part, j'avais reconnu une grande partie de notre itinéraire en Camargue le 1° janvier, en compagnie d'André. Début mars, nous avons convenu avec Claire des grandes lignes de nos 24 heures, il ne me restait plus qu'à tracer les liaisons, et faire la feuille de route. Nous avions pressenti Sylvie et Anne, rencontrées lors du cyclocross festif du 31 décembre à Eygalières, et fort intéressées par la possibilité d'effectuer une ou plusieurs boucles en notre compagnie. Hélas, elles ont dû renoncer à se joindre à nous, mais le projet n'est pas enterré et pourrait bien re-surgir dans le futur !

Claire partait pour sa toute première longue distance gravel, il était donc impératif qu'elle y prenne un maximum de plaisir. La formule cyclotourisme s'est donc imposée, ce qui permettait de nous connecter au concept initial de la Flèche Vélocio, même si je prévoyais deux boucles à réaliser au départ de Chateaurenard, où notre Team Cyclosportissimo avait élu domicile pour le weekend, à l'occasion de ce Pâques en Provence à Barbentane, dans les Bouches du Rhône. 

Mes prévisions se sont révélées adéquates. Jusqu'à ce que Maître Eole vienne nous ralentir sur le long chemin de digue avant Saintes Maries de la mer. Aucune importance d'ailleurs, puisque nous n'avions pas d'impératif horaire, et toute la nuit devant nous après un crépuscule magnifique sur la Camargue. Mais la boucle technique prévue aux premières heures du matin dans la Montagnette, au-dessus de Barbentane, est passée à la trappe. Ce sera pour une prochaine fois, le lieu est superbe et les singles doivent y être particulièrement joueurs. Tout le reste a été effectué selon les prévisions, avec un petit supplément ici et là d'erreurs de lecture de la trace dues à une mise en route laborieuse de ma part, puis à mes errements fâcheux au départ de Pont de Crau et surtout lors de notre retour sur Arles, une fois la nuit tombée, lorsque je nous ai fait emprunter le tracé du départ, nous faisant ainsi repartir pour un second tour de Camargue. Probablement que la folie de la Féria d'Arles s'était emparée de moi ! Plus prosaïquement, ces erreurs trouvent leur explication dans le fait que la trace formait des boucles qui se croisaient et re-croisaient et que mon Etrex 30 ne m'alerte pas sur l'erreur - ce qui m'avait déjà coûté 25 km supplémentaires à la Gravel Malteni Bootleggers. Il me faudra donc être prudente samedi prochain - le rappel est bienvenu, et je sais que Claire ne m'en a pas voulu des dix kilomètres supplémentaires ainsi imposés - all is well that ends well!

Au total, nous avons effectué 9h00 de pause, beaucoup plus que ce qu'une Flèche Vélocio suppose, mais justement nous n'avions aucune contrainte d'itinéraire ou horaire, la liberté était notre maître-mot et nous nous en sommes donné à coeur-joie. Les pauses photographiques furent nombreuses, mais comment résister à l'extrême beauté des paysages des Alpilles et de la Camargue - ciel, eau, lumières, faune, flore, cultures et relief, tout y est enchanteur et nous avons été transportées par la magie de nos heures à vélo, n'est-ce pas ma Claire ?   

Nous avons profité de chaque pause photographique pour charger les traces gps, procéder aux habillages ou déshabillages de circonstance, nous hydrater et nous alimenter, les besoins naturels, etc. En fait pas vraiment de temps perdu puisque la pratique gravel, comme celle du vtt, nécessite souvent de s'arrêter pour effectuer toutes ces opérations en toute sécurité. Les pauses repas et repos furent au nombre de 4 : la première à la boulangerie de Pont de Crau, à 14h00. La seconde aux Saintes Maries de la mer, après que nous ayons effectué quelques emplettes dans une épicerie, à 18h30. La troisième au camion pizzeria de Pont de Crau à 22h30, en plein vent. La quatrième au camping pour quelques heures de sommeil bienvenues entre 2h30 et 5h30 - après nous être heurtées à une grille d'entrée hermétique dont nous n'avions pas le code, têtes de linotte que nous sommes….merci à toi Patrick, notre président émérite, que nous avons réveillé en milieu de nuit pour nous donner le code ! Enfin dernière pause petit-déjeuner à Barbentane, à 7h45, pile à l'heure prévue et en attendant nos vaillants guerriers - Sergio, André, Michel, Christian et Marc - partis pour une Flèche Vélocio dans les toujours sauvages Cévennes. Quel plaisir que de les voir tous s'envoler dans la montée finale, le sourire aux lèvres, fiers et heureux d'avoir bouclé une Flèche Vélocio d'anthologie, après avoir bravé la météo infernale des sauvages Cévennes. 

Carte, profil et fichiers gpx à trouver sur Komoot

(cliquer sur View ou Komoot)

 

Ce qui nous restera de notre premier 24h Gravel : 

La magie propre au gravel. Les chemins de terre au gravier impeccable, les sentiers aux pierres plus accrocheuses, les rochers en aplomb ou en falaises, les champs d'olivier, les pins, les vignes aux ceps si noueux, les arbres fruitiers en fleurs, les chants si gais des oiseaux, l'envol si incroyablement feutré d'un deltaplane, les moulins provençaux dont celui de Daudet planté sur son tertre rocheux et aux ailes majestueuses qui nous parlent d'un autre temps. Et puis la Camargue, si belle, si émouvante, si époustouflante, avec ses rizières, ses odeurs de mer, d'étangs et de marais, ses taureaux si noirs et ses chevaux si blancs, son ciel si bleu où se poursuivent des nuages cotonneux que l'on voudrait pouvoir attraper de la main, où les nuages de traîne filent à toute allure, et où les nuages du soir s'assoupissent, se font légers et vastes, et prêtent une douceur inattendue au plat pays camarguais lorsque le vent ne le balaye plus autant. Et ce petit peuple des flamants roses, revenus de leur migration dans les pays chauds, les deux pattes plantées dans les vaguelettes des étangs, la tête perdue dans l'eau à la recherche de leur nourriture, et dont la couleur ourle les bords ou les centres des multiples étangs. Qu'ont-ils vu, que ramènent-ils de leurs voyages longue distance ? Ils auraient tant à nous enseigner. Parfois, toujours en couple, ils prennent leur envol, tellement gracieux et beaux que le sourire me monte aux lèvres sans que je m'en rende compte. Au loin le phare blanc, et cette langue de terre balayée par le vent que nous suivons, jusqu'aux Saintes Maries puis jusqu'au nord de l'étang de Vacarès. Les dunes de sable, les plages, la mer agitée, et le vent, le vent qui souffle, et souffle, et souffle encore sans se lasser. Je suis parfaitement heureuse, Claire aussi, malgré le vent qu'elle n'aime pas, et contre lequel elle lutte vaillamment. Et plus tard, après un passage éclair dans la ville des Saintes, qui fait tellement décor de carton pâte, nous avons le bonheur de vivre les dernières lueurs du jour en Camargue. Que demander de plus ? 

Et bien sûr, il y a ce bonheur des heures passées ensemble, parfois dans le silence, toujours dans une entente parfaite. Dans la fraîcheur du matin, sous le soleil chaud des Alpilles, sur la route aux raccords secoueurs en bord d'étang de Vacarès, dans le maelström du vent et sur le long chemin de digue, à l'heure où le soleil finit son travail à l'ouest et à celle où la lune, si pleine, prend le sien là-bas à l'est, puis à la lumière de nos lampes et dans le calme retrouvé aux abords de la Crau puis dans les Alpilles.  Les heures s'égrainent simplement, facilement, avec Claire pour compagne de tribulation. Tout est si évident, tout coule de source, nul besoin de dire - c'est à cela que l'amitié ressemble. 

Et aucun ennui mécanique à déplorer. Une fois encore, que demander de plus ? 

Quelques photos choisies parmi celles de Claire et les miennes : 

Duo féminin pour un 24h00 Gravel de rêve
Duo féminin pour un 24h00 Gravel de rêve
Duo féminin pour un 24h00 Gravel de rêve
Duo féminin pour un 24h00 Gravel de rêve
Duo féminin pour un 24h00 Gravel de rêve
Duo féminin pour un 24h00 Gravel de rêve
Duo féminin pour un 24h00 Gravel de rêve
Duo féminin pour un 24h00 Gravel de rêve
Duo féminin pour un 24h00 Gravel de rêve
Duo féminin pour un 24h00 Gravel de rêve
Duo féminin pour un 24h00 Gravel de rêve
Duo féminin pour un 24h00 Gravel de rêve
Duo féminin pour un 24h00 Gravel de rêve
Duo féminin pour un 24h00 Gravel de rêve
Duo féminin pour un 24h00 Gravel de rêve
Duo féminin pour un 24h00 Gravel de rêve
Duo féminin pour un 24h00 Gravel de rêve
Duo féminin pour un 24h00 Gravel de rêve
Duo féminin pour un 24h00 Gravel de rêve
Duo féminin pour un 24h00 Gravel de rêve
Duo féminin pour un 24h00 Gravel de rêve
Duo féminin pour un 24h00 Gravel de rêve
Duo féminin pour un 24h00 Gravel de rêve
Duo féminin pour un 24h00 Gravel de rêve
Duo féminin pour un 24h00 Gravel de rêve
Duo féminin pour un 24h00 Gravel de rêve
Duo féminin pour un 24h00 Gravel de rêve
Duo féminin pour un 24h00 Gravel de rêve
Duo féminin pour un 24h00 Gravel de rêve
Duo féminin pour un 24h00 Gravel de rêve
Duo féminin pour un 24h00 Gravel de rêve

Et puis cette photo de Claire, qui dit tellement de choses à propos de notre premier 24H Gravel en duo : 

Duo féminin pour un 24h00 Gravel de rêve