Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PEREGRINATIONS

PEREGRINATIONS

Menu
Randonnée permanente FFCT :  Aux Sources de la Seine

Randonnée permanente FFCT : Aux Sources de la Seine

Puissance de l'horizon à vélo. Commune de Source Seine.

Puissance de l'horizon à vélo. Commune de Source Seine.

Ma dernière journée de vacances a été presque entièrement occupée par ma randonnée vélo et solo 'Aux Sources de la Seine'.

J'avais contacté Michel Chabeuf, le responsable de cette randonnée permanente, organisée par les Cyclotouristes Bourguignons, en début de mois - il avait d'ailleurs dû passer une journée ou deux pour tout remettre en ordre, et m'avait gentiment remercié de le 'réveiller'.

A mon tour de le remercier chaleureusement ici et de remplir ma promesse - rédiger un compte-rendu de ma randonnée !

Météo de rêve : soleil et ciel bleu, températures basses, de 2° à 6°, un vent moyen - l'idéal pour ne pas avoir trop chaud !

J'ai adoré cette journée sur mon Diverge - monture grand confort faite pour le cyclotourisme, la flânerie et les chemins de traverse. Je l'ai vécue comme un retour éclairé - et éclairant - à mes 'sources' cyclistes personnelles. Les Sources de la Seine furent un leitmotiv de bon aloi !

J'ai pris beaucoup de plaisir aux pauses obligatoires pour faire tamponner ma carte, ce qui m'a amenée à prendre mon temps, et à rencontrer quelques personnages au passage !

La recherche de la bonne personne prête à apposer de bonne grâce un tampon sur votre carte de randonnée permanente est tout un art.

C'est également un rituel fondateur du cyclotourisme auquel je n'avais plus sacrifié depuis le BRM 400 km de Jean-Phi, et avec lequel j'ai renoué avec joie - alors que, à la réception de la carte de randonnée, je m'étais quelque peu offusquée du nombre de tampons à faire apposer : 5 au total,' non mais je ne vais pas passer mon temps à ça' !

Carte et profil de la randonnée effectuée - non identique à la randonnée labelisée FFCT

Carte et profil de la randonnée effectuée - non identique à la randonnée labelisée FFCT

J'ai résolu le problème du tampon au départ en allant chez Alex - ce qui fut l'occasion de parler CX avec lui, d'écouter ses conseils sur la pression des pneus, et de faire les emplettes nécessaires - un antivol, une chambre à air pour mes pneus Roubaix Pro 28 mn et de la graisse pour la chaine.

10h00 : c'est parti, je m'embrouille un peu dans le dédale des rues piétonnes de la capitale bourguignonne, tombe sur des travaux, puis le marché, ce qui nécessite un petit gymkhana à vélo - heureusement mon poignet va bien.

Direction Ahuy, au nord ouest de Dijon, puis Messigny-Ventoux, section que je connais bien car je l'ai effectuée plusieurs fois avec les Mabouls, ou le groupe qui part du rond point du centre commercial, à Fontaine-les-Dijon. Vent trois quart face, je sais donc qu'il me faudra en garder pour l'avant-dernière partie entre Chanceaux et Is sur Tille.

Allez c'est déjà le Val Suzon, et ma première erreur de parcours : j'ai monté la Casquette, au lieu de tourner à gauche direction Blaisy-le-Haut et de prendre le Val Courbe.

Lorsque je m'en rends compte, un coup d'oeil sur la carte me suffit pour réaliser que je peux redescendre sur le Val Courbe via le hameau du Plain d'Ahuy, et un chemin en descente dans la forêt - bonheur d'être sur un vélo 'gravel', puisque toutes les variations et divagations me sont permises.

Descente sur le Val Courbe où la prudence fut de mise - mes pneus étaient gonflés pour la route !

Descente sur le Val Courbe où la prudence fut de mise - mes pneus étaient gonflés pour la route !

Le Val Courbe est d'une grande beauté, les eaux du Suzon sont fraiches et abondantes, débordantes d'énergie, printanières et primesautières, éclairées par des parterres de crocus blanc, illuminées par quelques rayons de soleil, et égayées par les oiseaux voletant de çi et de là. Une merveille à vélo !
J'ai bien aimé la descente sur Blaisy-le-Bas, et me suis dit qu'elle était à faire dans le sens de la montée.
 
Le temps du premier tampon est venu. 
A Verrey-sous-Salmaise, un seul commerce ouvert, un petit bar à côté de la gare fermée, où j'ai été accueillie par une adorable chienne boxer - souvenir de mon Icare. Hélas la patronne n'avait pas de café ou boisson chaude suite à une coupure d'électricité.
Au comptoir, deux consommateurs de 'petit blanc', en pleine discussion : quand peut-on dire que l'on est devenu vieux ? Lorsque j'entends que  40 ans, c'est l'âge limite, je m'enfuis...pas un pays pour les 'maminettes trottinettes' comme moi, hein mon Ti'Gab ?!

Après Verrey, bifurcation sur la droite et un bon petit coup de cul pour rejoindre le charmant, mais très assoupi et délaissé village de Presilly. André et Bernard Charlopin m'ont depuis dit qu'ils avaient fait une course Ufolep là-bas avec bien sûr cette tuerie de montée plusieurs fois au programme.

Après le bourg, la côte se poursuit, comme une impression de moyenne montagne, puis descente rapide sur Veisselin, où des génisses et broutards charolais m'accompagnent du regard. Des coins où je trainerais bien toute la journée, tiens !

Puis le village de Blessey, situé sur la commune de Source Seine, de même que celui de St Germain. Là je ne résiste pas à l'envie d'aller tenter ma chance sur les chemins de terre pour rejoindre les sources de la Seine, mais le terrain trop gras rend vite les choses un tantinet hasardeuses.

Retour à l'entrée du village, histoire de prendre une photo, après avoir goûté au plaisir silencieux de contempler plusieurs chevreuils, dont un qui a couru et bondi en parallèle de ma route pendant un bon moment - visiblement, il ne craignait plus les chasseurs

Le village de Blessey, situé sur la commune de Source Seine.

Le village de Blessey, situé sur la commune de Source Seine.

Le Site des Sources de la Seine, propriété de la Ville de ParisLe Site des Sources de la Seine, propriété de la Ville de ParisLe Site des Sources de la Seine, propriété de la Ville de Paris

Le Site des Sources de la Seine, propriété de la Ville de Paris

J'ai ensuite gagné le Site des sources de la Seine de manière tout à fait orthodoxe : par la route qui descend dans le Vallon de la Seine !

Surprise de voir que l'endroit est propriété de la Ville de Paris....ce qui explique probablement la statuesque quelque peu 'décalée' du lieu.

La grotte des sources abrite une nymphe de pierre alanguie, manifestement voulue style Second Empire, ce que corrobore une plaque de marbre aux inscriptions en partie effacées et nommant Napoléon III. Il s'agit de la représentation de Sequana, nymphe des sources de la Seine dans la mythologie celtique gauloise. Une autre statue plus modeste de la déesse se dresse à quelques pas de la grotte.

Un site archéologique interdit aux visiteurs indique que des fouilles sont effectuées : les sources de la Seine furent un sanctuaire pour les adorateurs de la divinité Sequana, du 1° siècle avant JC jusqu'au 4° siècle après JC.

Quelques pièces de monnaie au fond du bassin attestent de pratiques votives beaucoup plus récentes.

La nymphe de la Seine, Sequana, aux source de la Seine

La nymphe de la Seine, Sequana, aux source de la Seine

Quelques clichés et explications à trouver sur le Site des Sources
Quelques clichés et explications à trouver sur le Site des Sources
Quelques clichés et explications à trouver sur le Site des Sources
Quelques clichés et explications à trouver sur le Site des Sources

Quelques clichés et explications à trouver sur le Site des Sources

Après ma visite de ce lieu complètement désert, mais à l'atmosphère très prégnante, au guidon de mon Diverge, retour par la même route.

Dans le village de St Germain, qui aurait valu un arrêt photographique si la faim n'avait pas commençé à se faire sentir, je pris la direction de Chanceaux, où j'allais renouer avec la civilisation automobile.

Auparavant, je fus gratifiée d'un magnifique paysage au-dessus de l'étang de Grillande, alimenté par les eaux naissantes de la Seine.

A Chanceaux, je traversais le village, étiré en longueur de part et d'autre d'une départementale fort fréquentée, et yesss... un bar puis une boulangerie-épicerie. Quelle chance ! Je pus enfin avaler une boisson chaude et manger un petit mâchon tout en essayant de me réchauffer les pieds - oh surprise il était déjà plus de 14h00. Je n'ai pas traîné, et puis les commerçants n'étaient pas du genre diserts.

Heureusement, avant de bifurquer vers l'est, la petite portion d'itinéraire rectiligne, et à découvert sur le plateau, est constituée de deux voies en parallèle : une route sans accotements où les voitures et camions vont à belle allure, et un chemin de terre pour les engins agricoles. Je me suis engagée sur ce dernier avec soulagement et ai pu profiter en toute quiétude du vaste horizon offert par le Châtillonais, au sud du Plateau de Langres.

Une halte restauration et apposition de tampon plus que bienvenue, à Chanceaux

Une halte restauration et apposition de tampon plus que bienvenue, à Chanceaux

Ensuite, la descente sur Pellerey bénéficie d'un macadam fraichement refait, un vrai ruban de douceur dévalé à fond, malgré le froid - j'ai d'ailleurs mis plusieurs kilomètres ensuite pour faire remonter ma température interne. Il me restait un bon trente kilomètres jusqu'à Is sur Tille, sur cette route large et plutôt plate.

Je dois avouer qu' à Moloy, j'aurais bien bifurqué côté montagne, direction Saussy, car le vent de face ajouté aux nombreuses voitures ou camionnettes qui me dépassaient en me frôlant parfois me faisaient regretter les heures du matin. Ceci est le côté parfois vécu sur un mode négatif des randonnées permanentes : il faut bien en passer par là où l'organisateur veut vous faire passer. Obéissance, silence et respect de l'itinéraire. Ce qui ne peut m'être que bénéfique de temps en temps, moi qui ai un peu trop tendance à n'en faire qu'à ma tête. Donc sourire à nouveau, respiration et sphère de lumière, et je repris ma quête du coup de tampon sans rechigner à la tâche !

D'ailleurs, je fus récompensée car je tombais sur un bistrot muni de l'enseigne 'Routiers' sans avoir à me dérouter dans la bourgade de Is sur Tille.

Le patron apposa son tampon sur ma carte avec élégance, tout en discutant avec le réparateur de lave-vaisselle, aux sons d''une tablée de messieurs occupés à philosopher sur les dérives de la vie 'de nos jours' et à boire le sacro-saint petit blanc. Le temps d'un snack vite avalé, d'un grand café crème, d'un pipi room, et hop je repartais à 16h30, après avoir plaisanté avec un fumeur stationné devant mon vélo, posé contre la devanture du bar.

Voilà un des côtés heureux des randonnées permanentes - les bistrots et leurs habitués. Partager ces toutes petites tranches de vie m'avait manqué, pour sûr !

Avant-dernière halte, à Is-sur-Tille

Avant-dernière halte, à Is-sur-Tille

Mon fumeur m'avait avertie de la côte qui m'attendait, 'infernale' qu'il m'avait dit. Je relevais le défi allègrement.

Alex m'avait rassurée le matin en me promettant que je ne serai pas ennuyée par la forte circulation très longtemps après Is-sur-Tille, car le trafic automobile emprunte maintenant le contournement du nord de Dijon, mis en place depuis quelques mois à la hauteur de Chaignay.

Effectivement, la dernière partie de cette randonnée fut un autre moment de bonheur, vent dans le dos, sur une route au panorama tous azimuts, avec seulement quelques véhicules motorisés occasionnels. Pour une fois, je me suis bien dirigée dans le centre ville et ai retrouvé le magasin d'Alex, les Cycles Theurel, sans encombre. J'ai mesuré ma chance, une journée sur le vélo, en voyant Alex en train de s'affairer sur un Dogma - lui n'avait pas quitté le boulot, et je poussais le vice jusqu'à lui demander le tampon final sur ma carte de randonnée !

Voilà, il ne me restait plus qu'à rejoindre Chenôve, au milieu des embouteillages du vendredi soir dans le centre ville. Easy!! And once more, life is so beautiful!

INFO du 10 mars 2016

Michel Chabeuf, le responsable de la Randonnée des Sources de la Seine, au sein du club Les Cyclotouristes Bourguignons, a assoupli les modalités de la randonnée :

- il a ôté un contrôle, celui du départ de Dijon donc il n'y a plus que 4 tampons à faire apposer

- si aucun commerce n'est ouvert la photo du panneau du village avec le vélo, et si possible le cyclo, fera office de 'tampon'

Et voilà, carte tamponnée sur toute sa surface - yeah !

Et voilà, carte tamponnée sur toute sa surface - yeah !

Les autres randonnées permanentes FFCT en Bourgogne