Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PEREGRINATIONS

PEREGRINATIONS

Menu
NOTRE RPE 2010

NOTRE RPE 2010

 

P5220016

 

 

  En 2007, ma voiture m'avait lâché dans la bosse après Moustiers Ste Marie, en pleine nuit. Mais je ralliais St Rémy et cette année j'ai cru que l'inverse allait se produire !

 

Le RPE c'est une grande histoire avec soi-même. Tout d'abord des flash d'images, une arrivée au sommet du Mont Ventoux noir de monde, la descente dans laquelle je croiserai des centaines de cyclistes, le regard d'un chevreuil à l'arrêt dans une bosse - je ne sais plus laquelle - au détour d'un virage, la traversée de Manosque noire de voitures qui ne me ralentissent même pas..... c'est la lumière du jour et de la nuit, cet arc-en-ciel au petit matin, cet énorme lune au-dessus de Céreste, les hésitations aux carrefour avec mon assistance, l'inquiétude de Patricia me voyant comme jamais dans le col d'Illoire, l'accueil des bénévoles aux PC, les encouragements des uns et des autres - commissaires, assistants, noctambules......c'est aussi ces routes en très bon état, en très mauvais état, avec ou sans circulation, ces villages provençaux qui font du charme tous perchés sur un talus qu'il faudra avaler. C'est l'arrivée à St Rémy, le plus beau flash, pour ceux qui ont vécu ou revécu ce moment-là, c'est incomparable.

 

 


Parcours cycliste 505940 - powered by Bikemap 

 

 

Le RPE c'est bien sûr un parcours splendide qui pourrait être fait en randonnée permanente, mais l'envoûtement ne serait pas le même.

Le RPE se veut convivial. Patrick François parle de la famille du RPE, il s'en sent responsable. 

Pensez donc, la famille Rico/Russias est au complet mais dans un autre habit. Hughes assistera Igor Casimir, Laure et Gisèle seront commissaires et papa Russias, futur grand papa, sera sur son vélo. A propos Monsieur Jacques félicitations pour votre RPE.

Franz Venier, le triple vainqueur, a tenu à terminer ici, à St Rémy, sa carrière ultra.

Dominique Briand, qu'on ne présente plus, et qui fait un break ultra, a tenu à marquer son attachement à la famille du RPE en officiant comme commissaire sur les routes du RPE 2010.

Pour couronner le tout, le RPE ne serait pas ce qu'il est sans sa traditionnelle paella sur fond de cérémonie du podium.

 

 

P5230149

 

P5220073

 

 

P5220102

 

 

P5230190

 

P5230215

 

Mais le RPE c'est d'abord la course ! Quel que soit le mode choisi, Grand Randonneur ou Ultra, on épingle un dossard, on se donne des objectifs......finir, faire un temps ou une place.

Pour ma part, je sais dès le matin que ce sera compliqué. En effet à 4heures du matin je suis réveillé pour cause d'ennuis gastriques. J'ai pris froid.

Et pourtant la veille ce sont les accolades avant le briefing avec les copains. Au camping, Anne et Mark se joignent au clan UC Creuzier pour manger les pâtes. La conversation tourne bien sûr autour du vélo. La forme est là depuis dix jours, je suis prêt.

 

Direction Bédoin en voiture, mais avant faire le plein et trouver une pharmacie.

Les ultras partent à 11 heures, les GR sont partis depuis 1h30.

Jeff et Gérard qui assistent Pascal Lacarin sont prêts. Pascal et moi faisons partie du même club, l’UC Creuzier, et je sens en lui une envie de revanche sur ce RPE. En 2009, il avait bâché après avoir fait un moment la course en tête. Finalement il se classera 4°, à 12 mn du second, la 3° place sur le podium restant indécise jusqu’aux Baux de Provence, Hakim Heinz faisant la décision dans cette dernière montée.

 

A l’amorce du Ventoux, nous sommes tous groupés. Je suis dans la roue d’Igor, qui me semble facile. Un coup de fusil de Thierry Saint Léger et le RPE 2010 démarre vraiment. Titi est parti fort, je n’ai pas les jambes pour l’accompagner. Autant en 2007 elles tournaient bien, autant cette fois-ci elles m’inquiètent. Effectivement le Ventoux d’entrée, dans une épreuve qui comporte 585 km et 10188 m de dénivelé positif (données Garmin Connect), c’est le juge de paix. Ce sont les premières grosses chaleurs mais avec l’altitude ce sera supportable. Une dizaine de concurrents sont devant moi et Venier, le futur vainqueur, me passe avec une tranquillité déconcertante. C’est sa tactique qui apparemment fonctionne très bien : partir prudemment.

 

Après Aurel, les premières crampes se signalent mais j’essaie de garder une bonne allure. Si le vent est moins présent que d’habitude entre Aurel et Valensole, la chaleur par contre se fait sentir. Les bidons se vident vite, la technique avec Patricia est simple, je me déporte sur la gauche, elle approche et elle me tend un bidon. Ceux que j’avais préparés le matin ne sont pas appropriés, elle devra en changer le contenu par du coca ou de l’eau gazeuse pour la recharge en sels minéraux, les diarrhées du matin et la montée du Ventoux m’ont bien entamé.

Un concurrent, le 173, Denis Moreno, avec son beau FKC, me passe souvent. Il est à l’aise sur les parties planes, là où il peut emmener du braquet, chose que j’ai du mal à faire.

 

1-Après Revest -14h00Samedi
par Patricia

(cliquer sur le lien : mémo audio de l'assistance - idem pour les suivants)

 

Après Manosque, j’essaie de garder à distance 3 concurrents, ce qui sera une grosse erreur. Avant d’aborder Aiguines, je sens comme un coup de moins bien. Cela tombe bien, c’est un PC, la veille au briefing Patrick nous avait conseillé de bien y souffler – pour mon compte, je n’ai pas le choix, je suis un peu crâmé.

Patricia est au four et au moulin – ‘tiens, prends ça !’ (sporténine), ‘Bois ça !’ (coca), ‘Mange ça !’ (pain et fromage), ‘Bois ta soupe !’, ‘Change ton maillot !’, ‘Attends je te masse !’……..C’est le tout en un, un programme d’enfer pour elle, et jamais plus de deux minutes seul sur mon vélo, elle sera toujours à mes basques. Comprenez que c’est bien de notre RPE que je parle.

 

2-AprèsManosque - 16h30Samedi
par Patricia

 

Ah, on sentait en approchant du Verdon, après quelques gouttes de pluie, que ça pouvait craquer. On entend l’orage, les nuages sont noirs par endroits, les routes sont mouillées, mais l’on évite le pire. On vient de finir le col d’Illoire mais une panne monstrueuse m’oblige à m’arrêter. Je n’arrive pas à descendre du vélo, mes jambes sont terrassées par des crampes. Patricia m’aide, je m’allonge dans la voiture, je tremble de froid, je ne peux pas continuer ainsi et puis ce serait si simple de charger le vélo dans le Berlingot et de rejoindre St Rémy en voiture. Après 20- 30 minutes, mon état d’esprit change : je décide de mettre cuissards et chaussettes compresseurs et de m’habiller chaudement. Je repars tout de même en adoptant un pédalage plus souple. Et pendant que les kilomètres défilent, le moral revient progressivement.

 

3-RouteCrêtes-22h45 Samedi
par Patricia


Une fois le Verdon fini, le plateau de Valensole avalé dans l’autre sens, il ne me restait plus qu’à redéfinir de nouveaux objectifs – Céreste à telle heure, arrêts rapides à tous les contrôles restants, col de Murs avant le petit matin, vigilance à Gordes car itinéraire piégeux, garder à l’esprit les recommandations de Hughes lors de la traversée de Bonnieux.

 

4-AprèsMoustiers- 1h00 Dimanche
par Patricia

 

5- AprèsValensole2 - 2H00 Dimanche
par Patricia

 

6-AprèsViens - 6h00 Dimanche
par Patricia

 

7- Col de Murs- 7h30 Dimanche
par Patricia

 

8- Vers Gordes - 8h00J Dimanche

par Patricia 


9- AprèsGordes-10h00 dimanche
par Patricia

 

  10- AprèsMénerbes - 9h00 Dimanche
par Patricia

 

11- AvantLourmarin-10h30 Dimanche
par Patricia

 

Lourmarin, Cadenet, villes un peu compliquées à traverser, Patricia prenait un peu d’avance et me servait de guide. A la différence des années précédentes, pas de côte Sainte Anne au-dessus de la Roque d’Anthéron, mais à la place la côte de Charleval, un peu moins longue mais avec des pourcentages aussi durs.

 

P5230217

Au sommet, ce sera l’avant-dernier contrôle. Dom Briand, qui attendait un véhicule pour rentrer sur St Rémy, monte à bord du Berlingot. Il soulagera Patricia pour les ravitos, cela tombe bien car la dernière partie se fait sur des routes à grande circulation. Le Crazy Gone, après avoir fait un point sur le reste du parcours, me dit que c’est jouable d’arriver avant 14 heures. Dernier contrôle rapide à Mouriès et la dernière bosse des Baux de Provence n’est plus qu’une formalité…..enfin, une dernière hésitation coûteuse en temps quant à la direction à prendre à la sortie du village.

 

Puis plongée sur St Rémy de Provence pour une arrivée à 13h50.

 

P5230234

 

P5230235

 

 

Mon but était d’arriver avant 13h00 mais finir notre RPE 2010 aura été, avec Patricia, une grosse satisfaction.

Merci  à toute l’équipe RPE.

André.

 

 

Et voici le diaporama d'usage - si vous le visionnez en entier sans vous fatiguer de ne voir que le dos d'André et l'arrière de son Colnago, c'est que vous êtes prêt ou prête pour une assistance sur épreuve ultra !

 

[Texte : André - Photos et audios : Pat]
Quelques liens vers les récits de nos RPEistes- blogueurs favoris :

Le site Veloconcept, de Patrick François (concepteur et organisateur de cette superbe épreuve ultra)

Nos récits de nos participations précédentes au RPE :