Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PEREGRINATIONS

PEREGRINATIONS

Menu
RETOUR en arrière 1 - Vive le cyclosport ! L'EDTActe I 2011

RETOUR en arrière 1 - Vive le cyclosport ! L'EDTActe I 2011

 

Selon Kierkegaard, la vie ne peut se comprendre que grâce à un retour en arrière.  So let's go backwards!De la semaine dernière à la mi-mars. Mais sans oublier que, toujours selon le philosophe danois, la vie ne se vit qu'en avant.

 

Acte I - L'Etape du Tour Modane - Alpe d'huez - Lundi 11 juillet


C'est parti pour une semaine en Maurienne. Et pour des baptêmes en série, en ce qui me concerne : le Télégraphe, le Galibier, la montée de l'Alpe d'huez, le Glandon, le Mollard.

En ouverture, l'Etape du Tour Mondovélo Acte 1, sous les couleurs vertes de la Patrouille Ecocyclo.

Modane

Arrivés sur place deux jours auparavant, au camping municipal de Modane devenu un bastion britannique pour l'occasion - oh so cool !, nous en avons profité pour découvrir ou revoir quelques hauts et beaux lieux de la Haute Maurienne, à vélo  : Aussois au sud du parc de la Vanoise et  Bonneval sur Arc - magnifique petit village niché au pied de l'Iseran d'où l'on voudrait ne jamais repartir. Et avons profité des vues privilégiées sur les solides monuments défensifs de l'endroit : le fort du Replaton (revêtu d'un gigantesque maillot jaune en l'honneur du TdF !), le fort St Gobain, et les majestueux et impressionnants  forts de l'Esseillon, gardiens de la route du Mont Cenis.

 

Fort du Replaton

 

L'Essaillon

Forts de l'Essaillon

Deux journées animées et plaisantes, à faire connaissance avec les cyclosportifs des tentes les plus proches, à accueillir Thierry et Laurent nos compères Ecocyclo, à sacrifier aux aller/retours en voiture pour assurer le retour de l'Alpe d'huez, et enfin à monter au Village installé à Valfréjus grâce au service de navettes gratuites. Village où nous avons retrouvé Patrick, Paul Antoine et les autres patrouilleurs - la photo de groupe fut un peu compliquée et tardive, peu importe !

 

Patrouille1

Là haut la bonne humeur régnait : étape du Tour Issoire / St Flour retransmise sur grand écran, clameur outragée et unanime des nombreux spectateurs lorsqu'une voiture France Télévision renverse Flecha et Hoogerland, clameur joyeuse lorsque Voekler s'assure le maillot jaune. La longue file d'attente pour les navettes et  les orages en soirée n'ont  réussi ni à altérer la gaieté ambiante (il faut dire que le caractère râleur des français s'est heureusement dilué au contact du flegme affiché par les 40% d'étrangers !) ni à détourner les conversations du sujet dominant : l'EdT1 ! Obsessionnels ces cyclosportifs !

 


TDF: Le résumé de l'étape Issoire / St Flour

 

Dimanche 11 juillet, 4h45. Sonnerie sous la tente. Un peu frisquet mais beau temps annoncé, donc plaisir à m'extirper de ma Vaudé - la journée va être grande ! Deux heures trente plus tard, c'est parti pour mon sas. Excellente idée que ces départs décalés car le faux plat descendant sur St Michel de Maurienne se passe sans encombre. Partis les derniers du sas, avec Paul Antoine, nous enroulons facilement. Déjà que de bonnes vibs. Nous montons le Télégraphe de concert, tout en bavardant ou en riant. Après un 'expert en mollets' (!!), rattrapons un congénère corse de Paul Antoine, Dominique Benassi, triathlète unijambiste sacré plusieurs fois champion du monde. 'Dumé' , sous les couleurs de la FDJ, plaisante. Puis nous partageons quelques tours de roue avec des roule-toujours qui nous parlent de leur Paris Nice.Il me plait ce col du Télégraphe, régulier, ombragé. Le sommet est vite là. Descente courte puis Valloire. A la sortie du village, voici André qui me passe ! Facile, mon André, et content car il a grimpé la seconde moitié du Télégraphe à vive allure. Surtout je m'abstiens de lui dire que pour ma part j'ai fait la bavarde - je risquerais de me faire tancer !! Bon, pour le Galibier, ma montée sera plus studieuse....de toute façon, Paul Antoine est à quelques encablures devant, donc pas de tentation de bavardage ! Pétard, ce qu'elle est belle cette longue ascencion du Galibier - je suis tellement émue pour ma première fois que je m'arrêterais bien de respirer ! D'ailleurs j'ai le souffle court - ai dû patienter lors de mes  deux paliers respiratoires inévitables à 1800 et 2200 mètres - mais quel pied !! Ces lacets, en contrebas et au-dessus, où s'étirent le long serpentin aux couleurs vives des cyclistes, rien que le bruit des conversations essouflées, des roues, des changements de vitesse, du vent et des oiseaux. Et le ciel bleu. Et ces montagnes. Et le sommet deviné là-haut.  Et aucune voiture ! J'en rêvais - j'y suis. Montée silencieuse et révèrencieuse pour moi, la tête inclinée comme en prière ! Tant de pensées qui vont et viennent. Et ce flot de cyclistes qui toujours me dépassent. Grand moment, vite passé. Déjà le sommet - 2645 m - arrêt pour revêtir mon coupe-vent. Mâcher une Mule Bar. Puis la plongée. La prudence est de mise, je veux goûter le spectacle et puis, de toute façon, n'ai pas encore retrouvé toute ma confiance en descente. Arrêt au ravito de La Grave où Paul Antoine me rattrape et discute avec un bénévole amateur de rando pédestre qui a l'amabilité de tenir mon vélo pendant que je me ravitaille - je profite de cet acte de galanterie sans vergogne. Deuxième partie de la descente plus facile, plus rapide. Des tunnels, dont un peu éclairé, les gars devant freinent, heureusement que j'avais laissé un peu de champ - Laulesp me racontera la chute intervenue dans son groupe : 'fracas des vélos qui glissent à terre, étincelles dans le noir'. Je plains les victimes de cette chute. Ensuite, tout se fait très vite jusqu'au pied de l'Alpe d'huez - bon groupe, puissance dans les jambes, suis plus à mon aise ici que dans les ascencions !  Second arrêt ravito avant les 21 virages. Pierre Gadiou arrive au moment où je repars - 'mais qu'est-ce que tu fais là ?' ....pas de chance, crevaison et Pierre ne pourra finir son Etape à cause d'un rayon cassé. Too bad car il était alerte le pyrénéen Ecocyclo lorsqu'il m'a doublée dans le Galibier.  Hop, voici le premier virage. Nom d'une pipe, ça va être comme ça jusqu'en haut ?! Crénom, j'ai pas fini, je sens la galère. Heureusement, André a monté ma roue montagne, j'opte pour le 30 x 27, défais la lanière de mon casque, et je monte à mon rythme lent mais régulier. Ouf, après quelques virages, la pente s'adoucit. Voici un autre compétiteur aux couleurs de la FDJ, unijambiste lui aussi. J'engage la conversation, il se présente : Frank Bruno. Et me parle de son objectif sur cet EdTActe1, montrer aux jeunes amputés que son association 'Bout de Vie' accompagne, que même avec un 'bout en moins' l'exploit sportif est toujours possible. Et que le handicap peut se vivre sur le mode "j'ai de la chance". Corse lui aussi, comme Dumé, il a vécu des aventures inimaginables, la dernière en date étant la descente en kayak solo du Yukon en Alaska - je suis abasourdie, admirative, emportée très loin de cette pente chaude et des efforts consentis. Il me laisse aller, me donnant une phrase à méditer pour ma fin d'ascencion : "Les malheurs qui nous arrivent sont des défis à relever".  Autant dire que ces trop brefs échanges avec Frank m'ont rendu les minutes restantes faciles. Frank a bouclé l'EdT1 en 6h17, sur une jambe. Dans le même temps que moi, sur deux jambes ! Y'a pas photo, le courage n'est pas mon apanage, mais bien le sien. Et en plus, il s'est offert un superbe sprint sur l'arrivée.

 

114 km bouclés, arrivée à 13h28. Super, pas trop fatiguée, et toute l'après midi devant moi. Je retrouve Laulesp et André......en train de déguster une glace ! Non mais, et le métier !! Puis Titi arrive. Tous trois ont bien marché et sont contents de leur Etape. La cérémonie du podium est en cours, pas de surprise quant aux vainqueurs respectifs. Direction prise pour la pasta party sans tarder, Titi a prévu de rentrer en vélo, via le col de Croix de Fer. Pour nous autres, craignant les orages annoncés, avons laissé une voiture à Allemont.  Redescendons quelques lacets, la lente procession ascendante et silencieuse, comme recueillie, des cyclosportifs/pélerins semble ne jamais vouloir finir - impressionnant ! La petite route en direction de Villards-Reculas est une bénédiction, ombragée, tranquille. Puis l'allégresse de la descente sur Allemont.Et le retour joyeux en voiture par le Glandon où nous trouvons Anne Po, à vélo ! Sommes en reco dans le Glandon - avions appris la veille que Patrick nous avait réquisitionnés pour l'Arvan Villards 3 jours plus tard ! Une vraie semaine de débauche en Maurienne !!

Après les douches bienfaitrices, et les échanges interminables de nos impressions avec Pierre et Nathalie du Limousin et nos jeunes voisins, qui avaient pris le départ pour leur première EdT le matin, ne restait plus qu'à célébrer ! Donc  fête en soirée, une fois Titi arrivé au camping : repas en terrasse, à Fourneaux, au milieu des tables de cyclosportifs dont les yeux brillent encore du plaisir pris lors de cette superbe journée. Trop bon !

 

Pour finir, une vidéo sympa, réalisée par un britannique venu sur l'EdT Mondovélo Acte I avec 2 copains - un condensé de la journée !

 

 

Quelques liens  :

- Voir les résultats, photos et vidéos des participants sur le site d'ASO 

- voir la vidéo de ce qu'il se passait aux avant-postes de la course !

- le résumé vidéo de l'étape Modane/Alpe d'huez disputée par les pros du Tour de France

- Diplôme Pat

 

[Texte et photos : Pat]