Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PEREGRINATIONS

PEREGRINATIONS

Menu
Paris Roubaix VTT 2011 : le récit de Dominique

Paris Roubaix VTT 2011 : le récit de Dominique

 

PARIS ROUBAIX VTT 2011

 

Depuis que j’étais tombé sur l’existence de cette randonnée VTT, créée il y a 6 ans mais qui n’a lieu qu’un an sur 2, je rêvais d’y participer. Ce sera chose faite cette année.

Donc départ de Massy à 4h (ça fait lever tôt ces plaisanteries !) pour Wallers. Je ne doute pas que ce nom évoque quelque chose aux amateurs de cyclisme. Et oui, il s’agit bien du village de la fameuse tranchée d’Arenberg du non moins célèbre Paris Roubaix. Car il s’agit bien de cela : le Paris Roubaix VTT permet de parcourir tous ces secteurs pavés célèbres pour les cyclistes (dont je fais partie !!) qui n’osent pas les affronter sur un vélo de route.

Le parcours fait 120 km de long pour 300m de D+ (autant dire tout plat !).Dès le départ (très bien organisé, le départ par vagues permet de rouler correctement tout de suite et sans bouchon malgré les 2000 vttistes), on s’engage sur la tranchée. Tout de suite, on est dans le mythe ! Immédiatement, je mets du braquet, me place au milieu du pavé et roule à fond, je suis Museeuw… Légère déception, on ne va pas jusqu’au bout , on tourne à gauche au milieu dans les bois (ben oui, c’est aussi une rando VTT). Chemins, piste cyclable, voie verte, route, alternent avec les secteurs pavés. Et à chaque fois, je joue comme un gosse ! Sur l’un, je suis Duclos Lasalle, sur l’autre, nez dans le guidon, Ballerini, sur l’autre, je vais à gauche, à droite au centre, je suis Roger De Vlaeminck ; vent de face, je suis dans la peau de Tom Boonen , à fond et tout à droite (enfin presque..). Je reconnais des images vues à la télé, passage (et arrêt photo) au carrefour de l’arbre. Que de mythes tout au long de cette rando ! Et que dire de l’entrée sur le vélodrome. Pas d’acclamations (on a dû oublier de prévenir les gens que j’arrivais !!) mais, comme d’autres autour de moi, à cet instant, je suis tous les vainqueurs à la fois : je monte à droite, en haut de la piste (enfin, pas tout à fait, c’est assez impressionnant d’ailleurs…) pour replonger et jouer la victoire ! Il faut en profiter : on n’a droit qu’à un tour de manège !

Bref, bien que n’ayant aucun intérêt vttisitique, j’ai vraiment apprécié cette journée de VTT sans côtes ! Je pense que pour y trouver du plaisir, il faut aussi aimer le Paris Roubaix (le vrai, celui des pros que je regarde à la télé). A mon avis, le parcours n’a d’intérêt que s’il procure des frissons à chaque entrée sur un secteur pavé. A noter aussi une organisation impeccable, des ravitos nombreux et copieux. Bref,  je ne saurai trop vous encourager à découvrir ça lors de la prochaine édition.

 

[Texte : Dominique Grégoire]