Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PEREGRINATIONS

PEREGRINATIONS

Menu
Amstel Gold Race TourVersion 2012

Amstel Gold Race TourVersion 2012

 

La TourVersion, au féminin. En attendant la version masculine, celle d'André, Alex, Alain et Pascal !

 

 

sportograf-25883778 lowres

 

sportograf-25891011 lowres

 

Valkenburg, province de Limburg, tout au sud de la Hollande. Samedi 14 avril 2012. 6 h 33 du matin.

Premiers tours de roue sur le circuit le plus long (annoncé pour 250 km mais de 243 km seulement) de la randonnée sportive de l'Amstel Gold Race, dont le nombre de participants s'élève à 12 000 !!  La veille de la course disputée par les pros, édition remportée par Enrico Gasparotto cette année, au terme d'un final de folie.

Il fait frisquet dès potron-minet en cette belle ville de Valkenburg mais Dieu merci pas de pluie malgré quelques nuages de mauvais aloi. C'est là l'essentiel.

 

Avant le départ

 

Les boys au départ

Alex, Alain, André et Pascal, prêts pour une balade de santé

 

Nous sommes impatients de pouvoir enfin découvrir cette Amstel TourVersion ! Depuis le temps que le projet est sur les rails, le team Cycles Theurel Colnago a hâte d'en découdre. Alex et André feront route commune la plupart du temps, puis viendront Alain et Pascal de concert, et enfin la plus lente, moi. Fabienne et Corinne, valeureuses et inconditionnelles supportrices de leurs époux, se sont réveillées fort tôt pour nous conduire en mini-bus jusqu'à l'aire de départ. Pas d'échauffement, départ à froid - je laisse les boys devant le ravito de départ et m'élance, pour tenter de rattraper un groupe de solides hollandais. Chose faite dans le Geulhemmerwerg, première montée de la journée, à la sortie de Valkenburg. Pas de presse, le cardiaque a le temps de monter dans les tours.

 

sportograf-26057557 lowres

 

sportograf-25845308 lowres

 

sportograf-26137262 lowres

 

J'ai prévu une vitesse de croisière de 25 km/h sur les 242 km.  Quant aux arrêts, j'aimerais les limiter à 15 mn au total, mais à voir. Et ce sera vite vu, dès mon premier arrêt au second ravito ! Tellement de monde qu'il me faut faire la queue pour l'eau, pour les barres, pour les toilettes, malgré une superbe organisation. Donc presque 15 mn au premier arrêt (environ 140° km), et presque 30 mn lors du second arrêt (200° km). Inutile de m'impatienter, il est même amusant de me laisser porter par cette foule enjouée et rigolarde, et je souris à la scène surréaliste des distributeurs de boisson de l'effort, perchés sur le bord d'un gigantesque tonneau, faisant passer les brocs pleins à ras bord à ceux qui remplissent les bidons des randonneurs.

 

sportograf-26084720 lowres

 

sportograf-26111088 lowres

 

Je respecterai mon plan de marche à la lettre : 25.1 km/h, 9 h 39 sans les arrêts, 10 h 20 avec les arrêts. Malgré des difficultés non prévues : l'emprunt des pistes cyclables sur une grande partie du parcours, la traversée d'un nombre incalculable de zones urbaines , les très nombreux arrêts dictés par les signaleurs à tous les  carrefours dangereux, la chaussée détrempée lors des deux abondantes averses tombées dans les derniers 50 km et les muscles quelque peu tétanisés par l'humidité et le froid. Mais ces causes de retard  ont été largement compensées par la possibilité d'avoir toujours un groupe à accrocher,  tout au long des 243 km.

Au final, un grand contentement pour cette première grande distance de l'année : bonne gestion de l'effort, de l'alimentation et hydratation, lignes directrices données par Nicole ou moi-même respectées, à l'exception peut-être des derniers 50 km, où je devais tout donner - mais la pluie, le froid et le flot continu des randonneurs, ainsi que la circulation automobile dense, ou les descentes neutralisées, ont quelque peu contre-carré mes plans. Ce qui n'a aucune importance, d'ailleurs.

Ci-dessous, le parcours et mes données sur Strava :

 

 

Autre impression : je m'attendais à plus difficile ! J'avais tellement repéré et décortiqué les bosses les plus 'légendaires' de l'Amstel que je n'ai été surprise ni par leur emplacement, ni par leurs pourcentages parfois peu digestes ! A l'écran, comme sur le terrain, elles ont bien du charme ces chaussées étroites qui se cabrent, bordées de hauts talus plantés d'arbres. Et qui ont pour nom :  Gulpeneberg, Kruisberg, Eiserweg, Eiserbosweg.  Autre mont célèbre :  le Fromberg, grimpé deux fois, qui s'attaque par un virage à droite, en pleine descente - oh certaines transmissions ont souffert ! Différentes, les montées plus longues du début d'après-midi, dans de superbes bois, avec des passages pentus parfois, Schweiberwerger ou Camerig, nous ont menés de Partij à Gemmenich, puis à Vaals - là où se trouvent peut-être les plus beaux paysages, les plus beaux villages de cette partie des Ardennes, à la frontière de la Hollande, Belgique et Allemagne. Mais bien sûr, la montée assassine, the killer, c'est le Keutenberg, attaquée avec 230 km au compteur, les muscles ratatinés et les mains gelées après le second déluge ! Virage à droite à angle droit, et là finies les compromissions - c'est du tout ou rien, ça passe ou ça casse. Environ 700 m, un maximum de 22%, un pourcentage moyen de 9.4%. Faut juste prier pour que personne ne mette pied à terre devant moi ! Ouf, prière exaucée. Le final dans le Cauberg sera des plus tranquilles, en ce qui me concerne.

 

sportograf-25903718 lowres

sportograf-25936527 lowres

sportograf-25914636 lowres

sportograf-25940712 lowres

sportograf-25936722 lowres

sportograf-25953373 lowres

 

L'Amstel TourVersion est une véritable randosportive : nous étions 2 000 sur les 200 et 250 km, ils devaient être au moins 5 000 sur le 150 km, le restant des participatns étant sur les parcours de 100 et 125 km - les départs étaient étagés de 6 h30 à 11 h 00 en fonction de la distance choisie. Pas de classement, pas de podium, ce n'est pas une cyclosportive, mais cela n'empêche pas que chacun donne son maximum, soit à la limite. Chaque randosportif est chronométré à différents endroits et a  sa page personnelle en ligne à l'issue de la TourVersion avec ses temps, ses photos, ses vidéos prises dans quelques endroits stratégiques du parcours. L' organisation est incomparable de savoir-faire et de maîtrise, à tous les niveaux. Tous les parcours se croisent, se recroisent, dessinent un dédale inextricable dans le sud de ce merveilleux Limburg, mais jamais aucune interrogation quant à la direction à prendre, jamais aucun sentiment d'insécurité ou d'approximation. Une telle qualité d'organisation est vraiment impressionnante !  Ce qui m'a le plus frappée, et qui est en grande partie à  l'origine de l'extraordinaire plaisir pris à  rouler sur les routes de l'Amstel TourVersion, c'est l'ambiance  qui règne au sein des pelotons ou groupes. Il est clair que les hollandais savent rouler avec adresse, fort, loin, vite et bien. Et savent aussi frotter, dans la bonne humeur ! Pas d'esprit chagrin. L'amusement de tous à être là seul ou avec les copains, dans les bosses les plus difficiles ou dans les files d'attente aux ravitos, à se taper la bourre dans la trentaine de bosses qui émaillent le parcours, était palpable. Ils étaient là pour faire la fête ! Pas pour se prendre la tête pour des conneries. D'ailleurs, la fête du cyclisme, ils en connaissent un rayon si je m'en réfère à  l'arrivée en haut du Cauberg : bière à flots, frites à l'envie, écrans vidéo géants des montées du Keutenberg et du Cauberg, musique rock, chants, discussions animées autour des hauts guéridons et danses sous les énormes tentes. Et quelle ambiance à Valkenburg, le lendemain, lors des trois montées du Cauberg par les pros ! Ouah, j'en redemande - j'ai adoré !

La formule de l'Amstel TourVersion, c'est peut-être ce qui nous manque en France. Ni cyclotourisme, ni cyclosport, mais randosport. Pour le plaisir incomparable de pouvoir aller loin, vite, et en bonne compagnie. Et de s'offrir une vraie journée de grand vélo partage, dans des contrées inconnues. Sans aucun souci de logistique.

En ce qui me concerne, aucun doute, la TourVersion de l'Amstel Gold Race est l'une des plus belles journées de vélo jamais vécues.

Un grand merci à Fafa, Coco et Véro pour m'avoir bouchonnée, réchauffée, ré-hydratée, ramenée à un semblant de normalité, à mon arrivée à notre point de rendez-vous, après la re-descente réfrigérante du Cauberg.

 

P4121394Notre petite troupe au départ de Dijon, la veille

 

Et so many thanks to you, Nicole, pour avoir si bien su diriger ma préparation. Ce qui m'a permis d'arriver en forme à Valkenburg, de vivre l'évènement avec sérénité et de récupérer avec facilité. Ce second jalon du début de saison 2012 augure bien de la suite. Prochain grand RV pour l'Ardéchoise, dans deux mois. Puis deux mois plus tard, mi-août, ce sera l'objectif principal de 2012 : les 24 heures du Mans Vélo Solo ! Dans seulement 4 mois, en fait. Ah ce que le temps passe vite !

 

Goodies :

- les vidéos du team Cycles Theurel Colnago (cliquer sur les liens) : Alex, André, Alain, Pascal, Pat

- la vidéo de l'Amstel Gold Race 2012 (presque 2 heures) : celle des pros, pas le même rythme ! Ou celle-ci, 1h45 de la retransmission sur Eurosport avec commentaires en anglais

 

[Texte : Pat - Photos : Pat, Corinne, Sportograf]