Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PEREGRINATIONS

PEREGRINATIONS

Menu
Les Masterséries 2009

Les Masterséries 2009

Depuis 2004 ce défi me tentait bien mais il était mal casé dans le calendrier, cette année la date me convenait mieux et puis je viendrai avec du dénivelé dans les jambes. Bon comment aborder ces montées/descentes ? En effet s'il est autorisé de redescendre en voiture je préfère le mode sans assistance. Par contre Patricia me rejoindra à Malaucène en voiture après avoir fait une descente/montée par Sault en commençant par Bédoin bien entendu. Tous ces plans allaient être vite résolus car Patrick François nous avertit par mail que les montées se feraient par Bédoin uniquement, finalement la logistique sera plus abordable pour tout le monde. C'est pas le côté que j'apprécie le plus et fallait revoir mes ambitions. La veille Jean-Michel Hurter me demanda combien mon intention était de le monter, depuis qqs semaines je me suis mis en tête de le faire 8 fois " oh! là !! si tu le fais 5 voire 6 fois, ce sera bien...." Du coup au camping je change ma cassette et troque mon 25 pour un 29.
Nous sommes tous équipés d'une puce électronique qui officialisera nos temps en passant à chaque fois devant une borne Timtoo placée en face du magasin à Jean-Michel et une autre au sommet.
La journée s'annonce chaude et le départ se fait à 8 h.

Isabelle parait concentrée et bien préparée, son DFU l'atteste, Frédéric son mari l'assistera.


Laurent Koskas est parti fort, je fais parti du premier groupe et les positions s'établiront après le chalet. En haut, je m'habille pour rejoindre Bédoin car il fait frais, aussi j'avais pris soin de laisser un sac avec des habits chauds. Au bas je serai pris en charge par Patricia, masseuse/dietéticienne/habilleuse/photographe pour l'occasion. Les arrêts n'excéderont pas le1/4 h.
Mes deux premières montées se feront sur un bon rythme et la troisième fut détonnatrice pour le reste de mon défi vis à vis du temps, en témoigne mon diplôme.



Désormais je monterai à cette allure de métronome...
Pourtant ma 3 ème je l'attaque les écouteurs vissés sur mes oreilles et Maiden pour m'accompagner, rien n'y fait, ni Steve Harris avec sa basse, ni Bruce Dickinsson  et sa voix hardeuse ne me boosteront, il fait très chaud.


D'ailleurs je constate dans mes descentes que je ne bois pas assez et les premières crampes se signalent. Le rituel est désormais en place, je croise les mêmes têtes depuis quelques descentes, en somme un DFU nouvelle formule.
Tiens Thierry qui fait peau neuve...


Ah c'était pour nous faire un tango avec Patrick...

Vers 20 h il est temps de s'équiper pour la nuit, je perds trop de temps, il s'avère que Patricia au niveau mécanique ne peut pas m'aider et mon éclairage que je n'arrive pas à fixer sur mon cintre m'....., je le rilsanne sur mon casque avec sa batterie, ouah quel horreur c'est trop lourd, je ré-essaie sur le cintre, walou, pourtant je l'avais bien fixé y'a deux mois, bon ce sera sur le casque et zou, j'ai mangé un bout en m'énervant j'ai pas eu droit au massage et en plus ça a duré 3/4 h, heureusement la chaleur fera place à un peu de fraîcheur. Je finis ma 6 ème avec Mark qui lui en a déjà 7 mais sa voiture a des ratés et ça l'inquiète. C'est une belle vue sur cette plaine vauclusienne illuminée par tous ces villages que nous propose le Mont Ventoux. Pour éviter le gibier j'ai installé sur ma potence un gadget à ultrasons inaudible pour nos oreilles mais qui devrait faire fuir les bébêtes, pas de rencontre hasardeuse mais il faut relever la tête pour bien éclairer la route, la powerled est mal postionnée sur mon casque. Patricia m'accueille à chaque descente, c'est un plaisir, le café est prêt, c'est super, Patrick me réquisitionne mon vélo, ouh là, quoitesse ??? Il revient avec un gadget japonais multicolore sur ma roue arrière, une batterie à piles l'autonomisera. Moi qui avais pris soin d'équiper mon "Colnag" avec des roues légères...

C'est reparti, j'ai l'impression que j'emmène avec moi une fête foraine, j'ai le feu au c.., y'a pas de doute ça crache dans la montée, ça a la particularité de changer de lumière à chaque tour de roue, les diodes clignotent rouge, vert, bleu, jaune, un feu d'artifice qui accompagne ma montée la plus longue de toutes celles effectuées sur ces masters, ah !, c'est pas ce genre d'artifice que les pros utilisent...Tout ceci m'a donné faim, en haut je me charge de sauss et fromage, boisson vitaminée, je regarde l'heure, faut pas mollir si je veux faire ma 8 ème..Pétard ma roue qui fait des bonds, j'ai l'impression qu'elle est ovale mais oui c'est le truc nippon qui est fautif, en vitesse le surpoids de la batterie retombe plus vite, super descente relayée par mes crampes, j'ai envie d'arrêter là. Surprise, que vois-je? Patricia avec le cuissard, bon ben rerere...Reynard rerere..Ventoux, sympathique quoi..pas le temps de manger, pas de massage, ah si Patrick, ôte-moi le zin-zin sur ma roue...J'ai 2h25 pour faire mes 8 j'ai fait 2h30 à mon 7 ème. J'ai dix minutes d'avance en haut, merci ma Pat...

Bravo à tous, participants, bénévoles ( 24 h non stop c'est une perf aussi pour vous ) et à notre gourou Patrick qui ne manque pas de faire une montée ou deux ...en bagnole..pour nous encourager.

Une mention spéciale à Isabelle Esclangon pour ses 8 montées, ce sera dur pour battre ce record. Merci à Frédéric, Anne et bien d'autres pour vos encouragements et bravo encore à toi Mark, tu as le record britannique et même Wiggins, Millar, Cavendish associés ne pourront pas te battre demain sur le Mont Ventoux.
Finalement je bouclerai mes masters avec 8 montées/descentes : 340 klms et 12175 m de D+ en 21 h 04 sans les arrêts.

André


PS :

Pour Laulau je mets la photo du gadget " anti bébètes "
         

Il mesure 5/6 cm. Je pense qu' à Naurauto tu en trouves.