Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PEREGRINATIONS

PEREGRINATIONS

Menu
BRM Tri-Côtes : une journée particulière dans le massif des Vosges

BRM Tri-Côtes : une journée particulière dans le massif des Vosges

Crédit photo : Jacky Behe. Les candidats au 200, en route pour les sommets encore lointains

Crédit photo : Jacky Behe. Les candidats au 200, en route pour les sommets encore lointains

Crédit photos : Jacky Behe. Quelques-uns des paysages traversés, avant que la pluie n'arrive.
Crédit photos : Jacky Behe. Quelques-uns des paysages traversés, avant que la pluie n'arrive.
Crédit photos : Jacky Behe. Quelques-uns des paysages traversés, avant que la pluie n'arrive.
Crédit photos : Jacky Behe. Quelques-uns des paysages traversés, avant que la pluie n'arrive.
Crédit photos : Jacky Behe. Quelques-uns des paysages traversés, avant que la pluie n'arrive.
Crédit photos : Jacky Behe. Quelques-uns des paysages traversés, avant que la pluie n'arrive.

Crédit photos : Jacky Behe. Quelques-uns des paysages traversés, avant que la pluie n'arrive.

Samedi 30 avril : première édition des BRM Tri-Côtes 300 et 200 organisés par le CCK (Cyclo Club Kingersheim) , avec Pascal Bride alias Bridou aux commandes, et Gilles Esselin alias Poucet comme second. Difficile de rêver mieux comme équipe organisatrice, d'autant que les rangs du CCK comptent de nombreux sociétaires peu avares de leurs efforts pour le bien de la communauté.

Ce fut un succès total, malgré des conditions adverses sur les plans administratif et météorologique. Mais rien n'est venu à bout de la détermination de Pascal et Gilles, même pas la neigé tombée d'abondance dans le Grand Ballon et sur la Route des Crêtes l'avant-veille du BRM. Et qui a obligé Pascal à reconnaître les passages enneigés du 300 à vélo, tandis que Gilles reconnaissait le 200 en voiture pour être sûr que cela passait partout. Décision prise le jeudi en fin de journée par les deux compères : maintien des BRM, mais changement du parcours - exit le Grand Ballon et la Route des Crêtes totalement impraticables, et remodelage du parcours de manière à garder kilométrage et dénivelé positif dans les clous. Et bien sûr refonte des dossiers administratifs, feuilles de route et fichiers gpx, sans oublier les infos postées aux engagés, dans la foulée, en nocturne. Bref une sacrée épreuve de fond, et il fallait bien un champion ultra comme Pascal, et un fou de challenges tous azimuts comme Gilles, pour mener tout cela à bout.

Je ne sais pas vous, mais moi, un tel engagement pour les copains et les amis du monde vélo, cela m'émeut profondément. Et je ne pense pas être la seule dans ce cas. Alors pas étonnant que pratiquement tous les engagés étaient au départ des deux BRM à Kingersheim, malgré l'annonce de la pluie dans l'après-midi. Ne serait-ce que par reconnaissance et par amitié. Et peut-être aussi parce que les engagés sentaient bien que cette journée dans les Vosges promettait d'être peu ordinaire, que l'amitié sincère qui en était la marque allait colorer ce samedi 30 avril de teintes magiques et ineffables.

Saluons donc la naissance de ces BRM Tri-Côtes, promis à un très bel avenir - car aucun(e) passionné(e) de vélo ne saurait désormais s'abstenir de tenter un jour ou l'autre l'expérience vosgienne telle que dessinée par le CCK, sous l'impulsion du duo de choc Bridou / Poucet.

Crédit photo : Jacky. Briefing d'avant départ BRM 200 : Captain Poucet

Crédit photo : Jacky. Briefing d'avant départ BRM 200 : Captain Poucet

Crédit photos : Pascal et Jacky. Devant le club-house du CCK. Gilles, capitaine du BRM 200, va donner le signal du départ.
Crédit photos : Pascal et Jacky. Devant le club-house du CCK. Gilles, capitaine du BRM 200, va donner le signal du départ.

Crédit photos : Pascal et Jacky. Devant le club-house du CCK. Gilles, capitaine du BRM 200, va donner le signal du départ.

En fait, sans nous être concertés, André et moi avons eu exactement la même réaction à l'issue de notre randonnée : cette journée vosgienne, si bien orchestrée par Pascal, et dans le giron accueillant du CCK, nous a permis de revivre des moments de vélo aussi exaltants et extra-ordinaires que le Défi de l'Ubaye ou DFU, pour les initiés. LA référence en la matière de défi cyclo-touriste et montagnard, à mes yeux.

Le temps pendant et après était de la même trempe, même si le challenge dénivelé / distance était bien moindre qu'au DFU. Les mêmes ingrédients si chers à nos coeurs étaient là, ceux qui font que les jambes tournent toutes seules et que la tête suit le mouvement avec bonheur, sans même rechigner aux descentes pluvieuses et froides.

Ces ingrédients magiques ? La simplicité de nos hôtes, leur courtoisie, leur exemple de solidarité, d'amitié, de partage, de détermination joyeuse, d'investissement et de dévouement - bref tout ce qui fait que les moments passés à pédaler sont magnifiés et prennent une autre dimension, extra-sportive celle-là, bien au-delà du contentement de notre égo, et que seul le sentiment pregnant de notre appartenance à une humanité en marche pour le bonheur de tous peut nous procurer.

Alors qu'il nous ait été donné de vivre ce bonheur sans aucune arrière-pensée, ce bonheur à vélo si particulier et si rare, en dit long sur l'engagement de l'équipe organisatrice. Et sur les qualités humaines que tous possèdent.

Pour cette journée si particulière que vous nous avez permise de vivre, un immense merci à Pascal, Gilles, Aurore, Jacky, et Daniel. Et à tous ceux du CCK qui ont oeuvré sans que je fasse leur connaissance. Et ont fait que les heures écoulées après le retour à Kingersheim soient aussi chamarrées que celles sur le vélo.

Et aussi aux membres du CCK qui ont animé et soudé notre groupe de rouleurs : Rocco, Jean-Marie, Gino, Denis, Estelle, Vanessa, Chantal, Guillaume, Julien, Serge.

Le terme de 'compagnonnage' me vient lorsque je repense à ces heures passées ensemble. Certes nous n'avons pas construit d'édifice prestigieux, mais vous nous avez guidés d'une main sûre dans la création d'une très belle entente, et d'une cohésion parfaite de groupe en mouvement.

En ce qui me concerne, il est clair que je reviendrai dès que je le peux pour un BRM grand crû CCK, malgré la quasi certitude de pluie - car, il faut bien le dire, je ne compte plus le nombre de fois où je me suis faite rincer dans les Vosges !

En me projetant à nouveau dans le vortex des émotions intenses vécues il y a déjà plusieurs années sur le Défi des Fondus de l'Ubaye, ou la première édition du Raid Extrême Vosgien, cette journée de samedi m'a redonné le goût absolu et si exigeant du vélo route et des forts dénivelés, et surtout de cette fraternité sur le vélo.

Je ne saurais dire combien je vous en suis profondément reconnaissante, à vous tous nommés ci-dessus. Vous pouvez être sacrément fiers de votre club !

Crédit photo : Jacky. Pascal aura absolument tout fait en son pouvoir pour nous laisser un souvenir impérissable et imperméable : le voici recroquevillé sous un parapluie pour prendre notre groupe en photo à l'arrivée !

Crédit photo : Jacky. Pascal aura absolument tout fait en son pouvoir pour nous laisser un souvenir impérissable et imperméable : le voici recroquevillé sous un parapluie pour prendre notre groupe en photo à l'arrivée !

Je ne rendrai pas compte du superbe parcours emprunté, non plus que de la belle litanie des cols grimpés et descendus dans le massif vosgien : d'autres l'ont déjà fait, comme Denis en page 3 du fil de discussion dédié ou comme Brigitte, dans son vivant récit.

Je n'ai pris aucune photo car pas vraiment le temps de 'dégainer', et comme je suis plus que nulle pour prendre un cliché tout en tenant le guidon, voici les liens vers les traces photographiques - le moins que l'on puisse dire est qu'elles abondent sur la toile :

- celles d'Aurore et de Gilles sur le fil de discussion dédié

- celles de Jacky, Pascal et Stéphane, Robert, ou bien encore l'album photos de Francis sur Facebook

A la consultation des différents réseaux sociaux, lieux d'échanges sur la toile, une évidence s'impose : tous les participants ont été absolument ravis, ont eu du mal à se déconnecter de leur journée dans le massif des Vosges, malgré la pluie, le froid, les déboires ou autres aléas. Il est clair que la fête a été complète, et nous a fait entrer dans un monde enchanté dont il est délicat de s'extirper.

Voici la vidéo du BRM 200 réalisée par Jacky Behe. Réminiscences garanties. Surprise cependant de me voir à l'écran ! Et moi qui me demandais pourquoi Jacky ne me doublait pas, dans la descente - la prochaine fois je me méfierai.

 

Pour finir, le kaléidoscope de quelques moments de grâce très personnels :

- le début du Hundsruck avec ses gorges aux arbres et rochers moussus penchés au-dessus des eaux vives d'un ruisseau, et la promesse d'une journée chaude et ensoleillée

- le babillage doux et féminin d'Estelle et Vanessa, qui toujours ont roulé en duo, côte à côte, et qui dans chaque ascension ou presque m'ont dépassée, si élégantes et agiles

- après Cournimont, la certitude de toujours retrouver André un peu plus loin, fil d'Ariane inversé

- les cols du Lauvy et des Hayes, aux pentes sans concession, et aux superbes panoramas sur les montagnes vosgiennes encore blanchies, et où il m'a fallu dessiner des zig-zags à fleur de roues, pour ne pas risquer les crampes

- le salon de thé/pâtisserie de Munster où notre colonie de frigorifiés tremblotants et dégouttants, mais en pleine effervescence, ont trouvé refuge pour une dizaine de minutes, et où nous avons été magnifiquement accueillis et servis en un temps record par la patronne. A postériori, Chantal m'a appris que c'était une amie, et une passionnée de cyclisme - ceci expliquant cela, bien sûr

- la montée du First Plan à la douce pente à l'abri des feuillages vert tendre mêlés au vert foncé des sapins : c'était la der des der, et j'étais dans la roue d'André, confortable en diable

- toutes les descentes, sèches ou détrempées, solo ou duo ou en groupe : j'adore les descentes dans le massif des Vosges, va savoir pourquoi...

- la présence tutélaire de Robert alias Faustosursonvélo, dont la silhouette aperçue au loin souvent, me rassurait sur la direction à prendre aux croisements

- les hourrah des supporters et des photographes qui nous attendaient à notre arrivée, et le soin qu'ils ont pris de nous

- les conversations enjouées et libérées que nous avons eues, Chantal, Estelle et moi, dans la salle de douche jalousement réservée à notre usage exclusif par Aurore

Alors, rendez-vous pris pour l'année prochaine, sur le BRM 300, avec les copains de la Team Cyclosportissimo. Et ceux du Team Mont Ventoux. Pour le meilleur, et pour le pire.

Crédit photo : Stéphane. Mon André au sommet du Hundsruck

Crédit photo : Stéphane. Mon André au sommet du Hundsruck