Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PEREGRINATIONS

PEREGRINATIONS

Menu
Le trail de la TCN 2015

Le trail de la TCN 2015

Le dimanche 22 mars, à Theizé, en plein coeur du Beaujolais des Pierres Dorées (Rhône), a eu lieu la seconde édition de la TCN .

Organisée par le sympathique club éponyme, la TCN présente deux distances : un trail de 12 km (500m D+) et un trail de 27 km (1000m D+), à travers vignes et bois surtout, le long de chemins pentus et souvent pierreux, ou bien de sentiers monotraces de toute beauté dans leur écrin resserré de buis. Sans oublier le passage par les ruelles escarpées et étroites du magnifique village de Theizé.

La TCN fait partie du challenge course à pied BEST 2015, placé sous l'égide d'Endurance Shop, à Villefranche s/Saône - elle en constitue la première des 6 manches, la dernière étant le désormais célèbre Marathon du Beaujolais fin novembre.

Pour un compte-rendu officiel de l'édition 2015, se reporter ICI.
La colline de Theizé, en ses vignes ! Le ciel était plus gris le 22 mars....

La colline de Theizé, en ses vignes ! Le ciel était plus gris le 22 mars....

Château de Rochebonne, Theizé.  Par Tarball69 ( licence CC BY-SA 3.0 Wikimedia Common)

Château de Rochebonne, Theizé. Par Tarball69 ( licence CC BY-SA 3.0 Wikimedia Common)

Parcours et profil du 12 km

Parcours et profil du 12 km

Mes impressions et feedback :

Le 12 km m'avait fait envie, et m'était apparu comme une suite logique au Night & Run de Brochon couru début février.

Puisque les courses vélo sur route ne me tentent guère ce printemps, autant participer à des trails beaujolais, histoire de ne pas perdre le contact avec les efforts propres à la compétition. Et comme la plupart sont à proximité, environ 15 mn de déplacement, y'a pas à hésiter. Tellement facile et simple de se présenter sur une ligne de départ, dans ces conditions !

Le matin du 22 mars, direction Theizé, donc. 

J'ai retrouvé Muriel, Eric et David, au retrait des dossards. Eric et David étant sur le 27 km, je ne les ai pas vus longtemps. Mais nous avons pu papoter un petit moment avec Muriel ! Puis place à l'échauffement, en solo, histoire de me concentrer.

Le départ de la TCN se fait dans le coeur du village, entre l'église et le bistrot. Super !

Il ne faisait pas très chaud, à peine 3°, donc inutile de prendre place trop tôt dans le sas. Beaucoup de bandanas du Marathon Beaujolais 2014 sur les têtes ! Du coup j'étais un peu intimidée et me demandais si prendre place au début du paquet était bien indiqué.

Mais baste, qui vivra verra ! Je cherche Muriel, mais ne la vois pas.

Allez hop c'est parti à 9h30....petite montée dans le village puis descente herbeuse dans un large chemin, repéré à l'échauffement. M'étais alors dit qu'il allait me falloir être devant, sinon  bouchon garanti - j'ai donc appliqué, et je m'en suis félicitée.

Dès lors, j'ai géré le cardiaque, le pulmonaire et le musculaire au plus juste. Je savais que le dénivelé risquait fort d'être une gageure pour moi, mais au moins cela allait être riche d'enseignements.

Après la descente initiale, nous avons suivi le chemin du tacot puis bifurqué à gauche dans la pente - là j'ai eu la surprise de retrouver les chemins du Vétathlon de Ville sur Jarnioux, disputé en octobre 2014. Toujours agréable de se retrouver en terrain connu, la gestion de l'effort est d'autant plus efficace.

 

Sentier monotrace à proximité de Theizé

Sentier monotrace à proximité de Theizé

Puis, j'ai reconnu des chemins ou sentiers monotraces empruntés lors de la randonnée VTT de Pommiers - dont la montée que je surnomme 'impossible' en mon for intérieur !

J'ai choisi de marcher sur un rythme très rapide là où les pourcentages devenaient trop importants. Et en ai profité pour boire et prendre une bouchée de pâte de fruit.

Les efforts consentis depuis le départ, et tenus à la limite du supportable, m'ont alors propulsée dans un monde parallèle.

Dans les montées, où j'ai le sentiment d'être une vieille guimbarde poussive et crachotante, toujours en-deçà de l'allure à laquelle je voudrais courir, souvent doublée par les mêmes trois ou quatre jeunes femmes tellement plus alertes (mais qui, heureusement pour moi, s'arrêtent à tous les ravitos), je m'exhorte à ne rien lâcher, me répétant que bientôt l'extase de la descente sera là. Et que je n'ai rien d'autre à faire que de pousser la machine, et que si je cale, et bien je cale, qu'importe.

Et lors des descentes très techniques, je joue à saute-mouton autant que je peux, j'adore....même si le cardiaque reste dans des zones très élevées. A force de faire joujou, cependant, les quadris donnent des signes aigus d'usure...et dans la dernière descente, la plus belle, la plus jouissive, au-dessus de Theizé, je suis obligée de relever l'allure un peu, à contre-coeur mais à sauve-qui-peut-mes-précieux-cuissots ! 

Ah ce boyau qui serpente au milieu des buissons de buis, ne laissant que l'espace nécessaire à un corps en mouvement, ce vert obscur qui tranche avec l'ocre jaune des pierres et le brun doré de la terre - je me noie dans ces couleurs et textures. Et ce sentiment de n'être plus qu'un animal, ou bien une enfant, qui gambade en plein coeur de la végétation, toute à la joie de sauter de pierre en pierre, l'esprit uniquement tendu vers la prochaine foulée, la prochaine enjambée - voilà des moments fabuleux. De ceux qui, sûrement, lorsque Mika m'aura préparé à cela, me fera partir sur des distances un peu plus grandes - mon graal se limitant à 25 km, pour l'instant, et encore sans trop de dénivelée !

Mais revenons sur terre.....il me faut maintenant, après la traversée descendante du village de Theizé puis une descente large et herbeuse, remonter sur la salle polyvalente où se trouve l'arrivée. Et cette pente finale est une tueuse pour mes quadris et mollets chauffés au rouge....je fais même quelques pas en pleine côte, mais reprends vite à courir tellement le pli de courir et souffrir m'est venu rapidement pendant ce trail !

Et voilà, l'arche est franchie - c'est tout ce qui compte à mes yeux, que je puisse enfin stopper l'emballement de mon coeur. Ouf, voilà qui est fait...vu les regards que l'on me jette, je dois être rouge comme une pivoine et dans un sale état !!

Pas grave, je vais au ravito, j'ai très soif, puis très faim et yes y'a des chips ! Je retourne sur la ligne d'arrivée, pour attendre Muriel. La voici, fraiche comme une rose ! Elle est ravie de sa reprise trail, n'a pas pris de risque dans les descentes, mais a réussi à courir tout le long des montées, elle ! Je suis admirative.....

Suivent une bonne trentaine de minutes faites de conversations à bâtons rompus, à deux, à plusieurs, au gré des arrivées. Mais je grelotte, il est grand temps que j'aille me changer et redescende sur Villefranche, j'ai RV avec Flo et Marie pour un petit trois heures de VTT, sur le mode décrassage.

Auparavant, détour par l'affichage des résultats. Ah yes je vois mon nom...1h15, mais c'est pas mal du tout ça !! j'avais prévu entre 1h20 et 1h25 au mieux. Pas étonnant que j'ai eu l'impression d'être au max tout le temps....Et le classement ? Ah ben ça alors, je suis première V2, et Muriel 2° !! Ouah, je n'en reviens pas, j'ai fait ça comment ?! Bon ben là je suis absolument ravie, d'autant qu'avec Mika nous avions dit que la TCN n'était pas un objectif. 

Du coup, après m'être changée dans le Némo, version vestiaire de luxe, je reviens pour prolonger le moment des discussions animées post course, avec Muriel et d'autres, d'autant que les 'grands' trailers sont arrivés...Eric fait 5°, David 10° - belles prestations des Endurance Shop-keepers caladois !!

Mais il se fait tard, et mon Era m'attend impatiemment je suis sûre....so off I go. La perspective d'une après-midi VTT sur les chemins des bois d'Alix et de Charnay, avec les cops, me fait sourire à l'avance ! Trail le matin, vtt l'après-midi, les copines, les copains, la nature, quelques moments de forte intensité, un bon résultat, le sentiment d'avoir tout donné, c'est ça le bonheur...n'aura manqué que mon André, d'astreinte à Dijon.

Pour boucler ce CR, peu orthodoxe j'imagine pour les habitués des trails (j'ai à l'esprit les magnifiques compte-rendus de Gilles alias Poucet, un Grand Maître Trailer à mes yeux), je tiens à remercier Mika, coach exceptionnel, qui est le maître-artisan de ma progression en course à pied typée trail (et aussi en vélo !). Il a l'art et la manière de me faire franchir des paliers sans que je m'en rende compte, sans que j'ai à consacrer un temps énorme à l'entrainement - et à chaque compétition, je me surprends un peu plus car à 59 ans, si je m'en étais tenue aux discours souvent entendus ou lus, il y a bien longtemps que  j'aurais arrêté toute pratique compétitive. 

Alors si vous en avez l'envie, n'hésitez pas à faire un détour par son site internet : FIT TRI.

Quelques chiffres

Données sur Strava

 

Résultat :

1h15

1° V2F / 14

13°/84 féminines

103°/253 scratch