Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PEREGRINATIONS

PEREGRINATIONS

Menu
Beaujolais Village Trail : vive le trail !

Beaujolais Village Trail : vive le trail !

Le weekend des 11 et 12 avril a vu un nombre impressionnant de trailers, des experts aux apprentis, débarquer à Saint Etienne les Ouillères, à quelques kilomètres de chez moi.

De la course Ultra longue de 110 km, à la course pour les enfants de 1.5 km, il y en a eu pour tous les âges, tous les niveaux, toutes les envies. Environ 1400 coureurs ont ainsi parcouru les chemins et sentiers duBeaujolais vert et du Beaujolais rouge.

Une bien belle réussite à mettre au compte de l'association Courir en Beaujolais Village , aux commandes de l'organisation de ce weekend printanier. Pas une mince affaire, non vraiment pas. Et grand coup de chapeau aux quelques 200 bénévoles mobilisés, et à Muriel et David Uliana, chevilles ouvrières de l'organisation, qui ont donné sans compter.

Beaujolais Village Trail : vive le trail !
Beaujolais Village Trail : vive le trail !

Inscrite sur le 14 km, j'attendais ce weekend avec impatience surtout pour revoir Gilles, alias Poucet, qui était engagé sur l'épreuve reine, l'ultra (UBVT), en compagnie de son copain Thierry, alias Snoopy. Venus d'Alsace la veille, ils ont pris le départ du 110 km le samedi 11 avril, à 4h00 du matin, avec une centaine d'autres ultra trailers.

Beaujolais Village Trail : vive le trail !

Ayant offert mon aide à David, je me trouvais sur le parcours de l'ultra, au 86° km, à partir de 16h30 le samedi. Hélas, un tout petit peu trop tard pour avoir la joie de voir passer Thierry et Gilles. Il faut dire qu'ils n'ont pas lambiné les deux lascars. Thierry a accroché une très belle 24° place, en 15h39. Quant à Gilles, handicapé par une douleur tenace à l'arrière du genou gauche contractée lors d'un BRM 300 km en Franche-Comté, il a bouclé la distance en 16h13 et s'est classé 30°. 

Classement à trouver ICI.

Impressionnants d'efficacité et de mental nos deux sociétaires du Cyclo Club de Kingersheim ! Je ne parle même pas du côté athlétique de leur performance : parcourir 110 km, 4700 m de dénivelé positif, autant pour le dénivelé négatif, avec un tel chrono, dépasse mon entendement. Certes, Poucet nous a habitués à ses morceaux de bravoure annuels (l'UTMB, la Diagonale des fous, l'UT4M, etc...récits à trouver sur le forum CCK), n'empêche que je ne réussis toujours pas à piger où il trouve les ressources pour réaliser des trucs pareils. 

Et d'avoir vu passer sous mes yeux les trailers classés entre les 40° et 85° places, d'avoir constaté l'état avancé de fatigue musculaire - mais pas seulement - de nombre d'entre eux, ne m'aide guère à imaginer comment une telle perf est possible. Heureusement, certains paraissaient  encore très frais, même parmi les solos ! 

Beaujolais Village Trail : vive le trail !
Beaujolais Village Trail : vive le trail !
Beaujolais Village Trail : vive le trail !
Beaujolais Village Trail : vive le trail !
Beaujolais Village Trail : vive le trail !
Beaujolais Village Trail : vive le trail !
Beaujolais Village Trail : vive le trail !
Beaujolais Village Trail : vive le trail !
Beaujolais Village Trail : vive le trail !
Beaujolais Village Trail : vive le trail !

Mais je laisse la parole à Thierry et Gilles, qui ont chacun rédigé un CR savoureux de leur exploit, à trouver sur le site du CCK (cliquer sur les liens actifs ci-dessous). Lecture à ne pas manquer !

Le récit de Thierry. (à trouver en bas de page)

Le récit de Gilles

Un énorme bravo à eux deux ! 

Tracé et profil du 14 km : le Tour des Z'Ouilles

Tracé et profil du 14 km : le Tour des Z'Ouilles

Le dimanche matin, alors que je m'échauffais avant le départ de la petite distance, le Tour des Z'Ouilles, voici que je trouve Thierry et Gilles à VTT, qui partaient pour un petit tour de récup, à tourner les jambes tranquillement, le visage frais, m'a-t-il semblé ! Quelle santé ! Très calmes, très zen, souriants, relax, non mais comment ils font....sûr que j'aurais été excitée comme une puce !

Heureusement, ils ont pu bénéficier d'une matinée chaude et ensoleillée, et voir enfin les paysages lumineux de mon Beaujolais natal. La veille, le bon roi Soleil n'avait guère daigné paraître sur leur route, et les forêts de sapins du Haut-Beaujolais leur avaient paru un tantinet tristounettes. 

Rendez-vous fut pris pour casser une graine ensemble, après ma course.....même pas un tour de chauffe pour eux deux !  C'est ce que je me suis dit dans la zone de départ, où j'étais bien placée et où je voyais presque autant de visages féminins que masculins - nous étions presque 500 au départ.  Zenitude totale - tu parles, 14 km et des poussières...vraiment pas de quoi fouetter un chat, quand tu penses aux 110 bornes des ultras. 

Mal m'en a pris d'être aussi 'cool' - courir 14.7 km représente un graal difficile à conquérir en ce qui me concerne, faut bien que je me mette ça en tête !!!

Et j'en ai bavé des ronds de chapeau dans les premières pentes au-dessus de Saint Etienne. Partie trop vite, car en trop grande confiance, j'ai rapidement été dépassée par une armada. Un temps, je fus tentée de me mettre à marcher, et de finir (ou pas) en foulées libres.

Je misais sur un tempo pour retrouver un second souffle, jetais un coup d'oeil à mon cardio - arghhh, j'étais à l'agonie respiratoire/cardiaque, mais la FC plafonnait à la limite basse de mon allure 2+.

Sur le vélo, je peux temporiser lorsque je suis vraiment mal, voire me mettre à l'abri complet dans les roues. Mais en course à pied, y'a pas de planche de salut - ça je l'ai bien senti !  Mes jambes pesaient une tonne (la rançon de la longue station debout la veille, à guetter les ultras pour leur faire traverser la route départementale ?), mon coeur cognait trop fort et je peinais à aspirer suffisamment d'air. Et mêmes symptômes en faux plat descendant, ou sur le plat. Et me dire que la montée durait 6 km n'arrangeait guère les choses. 

Heureusement le pire ne dure pas toujours. Dans les parties les plus pentues et techniques, où tout le monde avait cessé de courir, j'ai réussi à reprendre du terrain, après avoir retrouvé une certaine agilité. De là à penser que je suis plus douée pour la randonnée pédestre que pour le trail, il n'y a qu'un pas...que je ne franchirai pas pour l'instant....mais qui méritera sûrement un retour en arrière, à un moment donné ou à un autre ! 

Bref, le reste fut bien moins tourmenté, même si je calais encore dans les quelques côtes assassines égrenées sur la seconde partie du parcours, après le ravito - même pas pu courir lorsque je vis Thierry et Gilles, rigolards, assis en haut d'un talus, l'appareil photo en main, et occupés à encourager les collègues trailers - à leur tour de voir les autres en baver ! 

Et je me suis offert le luxe de faire un sprint à l'arrivée, afin de devancer Sylvia d'une enjambée. Pas malin, je le reconnais, mais joueur !! Je trouve cette 'compétition' entre féminines très sympa, moi qui n'en ai guère eu l'habitude sur le vélo (en cyclosportive, on ne sait jamais où sont les autres féminines).

Sur les trails, il y a toujours une fille devant, proche ou au loin, et  je dois dire que cela me pousse dans mes retranchements, à chaque fois la petite voix 'et si tu essayais d'aller la chercher ?' se fait entendre - clair que j'ai l'esprit compétitif, bien que j'en ai souvent douté ! 

Sylvia, Gilles et Thierry, tous deux revêtus de leur maillot de Finisher UBVT

Sylvia, Gilles et Thierry, tous deux revêtus de leur maillot de Finisher UBVT

Sylvia, comme moi, n'est ni une traileuse de longue date, ni une traileuse assidue. Nous sommes toutes deux des touche-à-tout, donc une fois que nous nous fûmes reconnues pour avoir déjà couru ensemble une partie de la TCN (Sylvie avait fini 2 minutes devant moi), la conversation n'a pas molli ! Et je l'ai présentée à Gilles et Thierry, tout frais émoulus de leur douche ravigotante - mais pas suffisamment curative, puisque leur démarche montrait sans détour combien leur exploit ultra avait dû leur coûter en douleurs !! Et l'arrière du genou de Gilles était bien enflé....

Trop sympa cette après-course, au soleil, sur la place devant la salle des fêtes. Bières pression, jambon à la broche, tout fut délicieux, avec un goût estival des plus prononcés. Bien sûr, Thierry et Gilles sont revenus à plusieurs reprises sur leur ultra de la veille - trop passionnant de les écouter (mais bavarde comme je suis, j'en ai débité un max également, trop..). Ils sont tous deux tellement bluffants de simplicité , et de gentillesse. Et les voir si complices tous les deux fut charmant.

Puis nous avons assisté aux remises des récompenses - six féminines avaient fini le 110 km !!!! Pour le reste, les classements sont à trouver ici. (désolée, mais ne connaissant pas ce milieu, les noms des vainqueurs ne me disent pas grand chose !)

Puis un petit tour au bistro local, histoire de trouver un peu de calme, loin de la sono et de la foule - tournée de cafés et une grosse assiette de glace pour Gilles ! Enfin, il fut trop vite l'heure pour les deux compères de prendre le chemin du retour, après une visite guidée du superbe camping-car de Thierry !

Goodbye, les champions, une énorme brassée de bravos, et à bientôt je l'espère ! Lots of kisses 2U2!!

Les 'warriors' au départ dans leur 'sport traveller' bien nommé !
Les 'warriors' au départ dans leur 'sport traveller' bien nommé !

Les 'warriors' au départ dans leur 'sport traveller' bien nommé !

 

 

 TOUR DES ZOUILLES

14,7 km - 466 m den+

 

1h31’38’’

149°/466 scratch

14°/165 scratch féminin

6° VEF (VEF1 et VEF2 mélangés)

 

 

Et pendant ce temps-là, avec les copains du Vélo Club Trévoltien, André avait fait La Bisou....une autre paire de manches !